-A +A

Penmarc'h

En haut du Phare d'Eckmühl, Penmarch ©Alexandre Lamoureux En haut du Phare d'Eckmühl, Penmarch ©Alexandre Lamoureux

Penmarc'h est la pointe la plus au Sud de la Bretagne, la destination phare du bout du monde : incontournable !

La Pointe de Penmarc'h est le point de départ pour une multitude d'activités, de découvertes, de balades et de rencontres.

Le phare d'Eckmühl et ses 2 ancêtres, sont les symboles de cette commune qui veille, de jour comme de nuit, à ce que vous passiez les plus belles de vos vacances.

Cité façonnée par l'histoire, Penmarc'h a évolué, des mégalithes à nos jours, en protégeant et transmettant un patrimoine culturel et naturel unique et éclectique.

Côté mer, 3 ports accueillent plaisanciers, pêcheurs amateurs et pêcheurs professionnels. Les plages de sable fin entourent la commune, les Etocs au large de Kerity sont un paradis pour les kayakistes et les phoques et la pêche à pied est un art de vivre !

Côté nature, les chemins et sentiers mettent en valeur la beauté des marais protégés et classés, au loin le phare est toujours dans votre champ de vision.

Que découvrir à Penmarc'h ?

  • Le Phare d'Eckmühl : Il appartient à la 3e génération des phares penmarchais. Au 15e siècle, sur la pointe de Saint-Pierre, alors que Penmarc’h est un riche port d’armement, une tour de guet permet de signaler aux vaisseaux marchands la présence de navires corsaires embusqués. Cette tour servira de poste de surveillance, puis de sémaphore à partir de 1806. Construit entre 1894 et 1897 grâce à la générosité de la famille du Prince d’Eckmühl, et plus particulièrement grâce à la Marquise de Blocqueville, fille du Maréchal Davout, le Phare d’Eckmühl indique aux navires le cap le plus au sud-ouest du Finistère. Parmi les plus puissants et les plus hauts d’Europe, il est le rare phare du littoral français ouvert au public. Il offre un point de vue exceptionnel aux visiteurs qui gravissent courageusement les 307 marches qui mènent à son sommet.
  • Le vieux phare : L’ancien phare, date de 1835, il est devenu un Centre de Découverte Maritime, et se visite toute l’année. Au rez-de-chaussée, une exposition sur les phares et balises est proposée, à l’étage, une nouvelle exposition temporaire est proposée chaque année : art moderne et contemporain en collaboration avec les musées nationaux, municipaux, les galeries et les artistes indépendants.
  • La Vieille Tour de Penmarc’h : Se trouve derrière le Vieux Phare. Datant du 14ème siècle. Au 16ème siècle, elle aurait servi de tour à feu lorsque le port de Kérity était un port de commerce important, pour prévenir du danger des côtes. Jusqu’à la révolution, on utilisa celle-ci comme poste de surveillance. De 1806 à 1831, la Vieille Tour servit de sémaphore. De 1831 à 1835, un feu provisoire est installé sur la tour. En 1835, elle reprend ses activités de sémaphore car le premier phare de Penmarc’h est en fonction. Aux 4 angles de la tour, le visiteur pourra apercevoir des sculptures de forme animale. A gauche et en haut de la porte d’entrée: 2 pierres en saillie qui pouvaient servir à poser un fanal.
  • Le sémaphore : La construction du sémaphore date de 1862. C’est l’un des 59 sémaphores qui couvrent les côtes françaises. Il dépend de la Marine nationale et a 2 missions : surveiller l’espace maritime et aérien et veiller les fréquences radio et sauvegarder des vies humaines, éviter les catastrophes maritimes, veiller à l’application des règlements de pêche et de plaisance.
  • Le Papa Poydenot : Le Papa Poydenot est un canot de sauvetage en teck, à voile et à avirons. Insubmersible, il est auto-redressable et à auto-vidange spontanée. Il appartient à l’association Papa Poydenot qui s’est fixée pour but principal d’être le conservatoire de la mémoire des équipages des canots de sauvetage à avirons et à voile. Il est visible à la pointe de Penmarc’h, à St Pierre, près du phare d’Eckmühl. Depuis le 6 novembre 1992, il est classé au titre des monuments historiques. À découvrir également l’histoire du sauvetage en mer, son organisation à Penmarc’h, l’action des courageux sauveteurs penmarc’hais, l’évolution des canots de sauvetage. 
  • Eglise Saint-Nonna : Bâtie sur l’emplacement d’une église primitive en 1508, elle est dédiée à Saint-Nonna. De style gothique flamboyant, son architecture est typique du Cap Caval. Avec sa tour carrée, son clocher central et son chevet plat elle mesure près de 50m de long sur 25m de large. Les bateaux sculptés (4 bateaux à l’intérieur et 14 à l’extérieur) racontent l’histoire de la construction navale de la fin du 15ème jusqu’au milieu du 16ème siècle.
  • Chapelle de la Madeleine : Construite entre le 12ème et 16ème siècle, elle est classée au titre des monuments historiques depuis le 20 juillet 1956. La chapelle est dans un écrin de verdure. Elle est dédiée à Sainte Marie Madeleine, à l’occasion de son agrandissement au 16ème. Le clocher à jour est terminé par une flèche. Deux escaliers extérieurs permettent d’atteindre celui-ci. La nef date de 1416, sans bas-côtés. Les chapiteaux de la nef sont sculptés de motifs géométriques et végétaux. Elle est séparée par un arc diaphragme du chœur (16ème siècle). Celui-ci comprend 3 travées avec bas-côtés nord et chevet plat. Les colonnes soutenant un arc en plein cintre sont sans chapiteaux. On y trouve également une piéta du 16ème siècle.Il existait sans doute une séparation matérielle entre les deux parties de la chapelle, car on peut remarquer des trous au niveau des pieds droits de l’arc central. Cette séparation servait peut-être à isoler les lépreux du prêtre. Les vitraux (1981) sont l’œuvre de Jean Bazaine, peintre français, qui a découvert St-Guénolé en 1936 à l'occasion d'un voyage effectué en compagnie de son épouse. Vers 1950 il y installe un atelier où il réside six mois par an, jusqu'à sa mort en 2001. Appartenant autrefois à la commune de Plomeur, la chapelle est détachée de celle-ci en 1802. Ses deux fontaines, les maisons en toit de chaume et le chemin qui mène aux alignements de mégalithes forment un concentré de Bretagne. 
  • La Tour carrée : La Tour carrée est le plus ancien monument de Penmarc'h. Elle fut classée monument historique par décret du 7 février 1916. C'est ce qui reste de l'ancienne église tréviale de Saint-Guénolé dont la construction s'est achevée en 1489. qui date du XVème siècle.  Elle comportait alors à l'ouest de  la grande Tour Carrée, une nef de 38 m de long à l'est avec un seul bas-côté. Le culte y est interdit depuis le 23 avril 1722 car l'église menace de s'effondrer. Déjà, au 16ème siècle, sans doute après le sac de Penmarc’h par La Fontenelle, les habitants ne peuvent plus continuer à entretenir l’édifice. L’église sera abandonnée vers 1745. Un siècle plus tard, le choeur est fermé par une chapelle et un toit est posé sur la tour. Des notables furent inhumés à l'intérieur de la grande église. Une pierre tombale trouvée sur le site est exposée dans la tour.
  • Notre-Dame de La Joie : Entre St Pierre et St Guénolé. Sentinelle surveillant la mer, elle est dédiée à la Vierge. C'est une des seules chapelles construites en front de mer (fin du XVè siècle). Son calvaire date du XVIè siècle (1588). Les marins ont une grande vénération pour N-D de la Joie, ils venaient la remercier de les avoir sauvés des tempêtes et l'invoquaient pour obtenir une bonne pêche. De nombreux ex-voto, en général des navires sculptés par les marins eux-mêmes, étaient suspendus à la voûte ou posés contre les murs de la chapelle, témoignages reconnaissants des faveurs reçues. Chaque année, le 15 août, pour la fête de l’Assomption de la sainte Vierge Marie, le Pardon à Notre-Dame de la Joie reste de tradition, très suivi et fervent. La messe y est célébrée en plein air avec bénédiction de la mer.
  • Eglise de Saint-Guénolé : Des 15ème et 16ème siècles, magnifique statue de bois de Saint-Guénolé
  • Eglise Sainte-Thumette : Date du 15ème siècle. Abandonnée à la fin du 19ème siècle, l’édifice devient l’église de la paroisse de Kérity
  • Chapelle Saint-Pierre : Dominée par une tour imposante, elle date de la fin du 14ème siècle. 
  • Mégalithes : 
    • Le tumulus de Poulguen : Ce tumulus date de 4000 ans av J.C. Il est l’un des rares monuments mégalithiques de la région à avoir gardé son tertre. De par ses dimensions, 40 mètres de diamètre sur 8 de hauteur, il donne une idée de la monumentalité des sépultures de cette époque
    • Les alignements de la Madeleine : A proximité de la Chapelle de la Madeleine, ce site archéologique comptait au début du 19è siècle près de 600 menhirs alignés. Aujourd'hui, une cinquantaine de ces menhirs ont été relevés en bordure du site rappelant la grandeur passée des alignements.
    • Le menhir de la Vierge : Il date du Néolithique et mesure 6 m de haut. Ce menhir en impose par sa taille mais surtout par sa forme semi-circulaire massive. Il est situé au bord d’un cours d’eau, accessible à partir de la rue des menhirs.
    • Le menhir de l'Evêque : Il date du Néolithique et mesure 9 m de haut. Sa forme est singulière en raison de l’érosion. Il se situe près du menhir de la Vierge.

La ville aux 3 ports

  • Saint-Guénolé : 1er port sardinier de France, 7ème port en pêche fraîche débarquée : un peu plus de 10 000 tonnes (valeur : 19 millions d’euros). La spécificité du port de Saint-Guénolé est la pêche à la sardine. Les sardiniers aussi appelés « bolincheurs » pratiquent une pêche de nuit, les marins débarquent le poisson pour la criée de 6h30. A 16h30, c’est au tour des bateaux côtiers de débarquer la pêche du jour : lottes, lieus, raies, turbots et bien sûr la fameuse langoustine ! A partir de 19h, les bateaux hauturiers livrent le produit de leur pêche.
  • Saint-Pierre : Chargé d'histoire locale, le port de St Pierre, labelisé port d'intérêt patrimonial, donne l’image d’un port tel qu’il se présentait au début de ce siècle. Admirez la vue exceptionnelle sur le phare d'Eckmühl, le vieux phare et le sémaphore. 
  • Kérity : Le petit port de Penmarc'h est idéalement situé et bien abrité grâce à ses digues : bars, restaurants, boulangerie, poissonneries pour une ambiance garantie ! 

La nature témoin du temps

  • Les rochers de Saint-Guénolé : Ce site naturel classé a de tout temps attiré les promeneurs. En suivant le GR34, on découvre des rochers aux formes mystérieuses : les oreilles de lapin, le rhinocéros, le tire-bouchon, la tortue ou la roche des victimes. Ces rochers doivent leurs formes particulières à des phénomènes d’altération et d’érosion causés par la pluie, le vent et les embruns. Ancienne chaîne de montagnes hercyniennes, formée entre -480 et -300 millions d’années, le site est également une mine d’or pour les géologues. Le paysage y est grandiose lors des tempêtes. Les amoureux de belles vagues et de mer déchaînée ne doivent toutefois jamais négliger la dangerosité des lieux, même par temps calme.
  • Les marais de la Joie & de Lescors : Vastes milieux naturels protégés, sont les témoins du passage de nombreux oiseaux migrateurs. On y observe fauvettes, canards, butors, busards, hérons… De nombreuses plantes participent à l’équilibre du milieu : roseaux communs, renoncules, patiences d’eau, joncs à fleurs, iris des marais… Vous y découvrirez également les roselières. Le roseau est depuis longtemps utilisé dans la couverture des toits des chaumières, habitat traditionnel de notre région.
  • Plage du Ster : La plage du Ster s'étend sur 5 km de sable fin de Kérity au Guivinec . Exposée plein sud, elle attire les familles et les sportifs. On y pratique la pêche à pied, les sports de glisse et les sports nautiques. Un poste de secours est ouvert en juillet et août de 11h à 18h.
  • Plage de la Joie : La Joie est une petite plage, exposée ouest et  située entre le Phare d’Eckmühl et le port de Saint-Guénolé. Elle est idéale pour les enfants : sable fin, pente douce et jeux à proximité.
  • Plage de Pors Carn : En début de Baie d’Audierne, avant la pointe de la Torche, la plage de Pors Carn est située dans un espace naturel protégé. Exposée Nord-Ouest, les sportifs y pratiquent le surf, le stand-up paddle et la planche à voile. Un poste de secours est ouvert en juillet et août de 11h à 18h.

Le saviez-vous ? Penmarc'h veut dire : tête de cheval

Infos pratiques :
  • Les commerces : boulangerie-patisserie, épicerie, supermarché, bar/tabac/presse, salon de coiffure, fleuriste, banque, distributeur de billets, souvenirs, pêche, décoration
  • Les producteurs : pêcheurs 
  • Autocar : ligne 56A-56B du réseau Penn ar Bed
  • Créateurs 
  • Jour de marché : vendredi matin
  • Stationnement Camping-Car : Aire du Viben à Pors Carn, aire du Ster, Aire de Kérity
  • Concerts tous les vendredi de l'été, port de Kérity ou Saint-Guénolé
  • Informations touristiques : Office de Tourisme
  • Site de la commune : Penmarc'h
  • La webcam de Penmarc'h

Se loger à Penmarc'h

Un petit creux ?